Choléra: l’Ouest et le Centre sont en alerte

Le coordonnateur national de la lutte contre le choléra, Dr. Donald François. constate que l’Ouest et le Centre sont en alerte par rapport à la maladie parce que plus de 10 cas ont été déclarés.

11 communes du département de l’Ouest sont touchées par cette épidémie, précise-t-il.

Pour le mois de juillet l’épidémie a diminué considérablement avec 997 personnes infectées, 805 hospitalisations, 6 décès institutionnels et 3 décès communautaires, informe le responsable qui rencontrait la presse le 18 juillet.

Une baisse avait déjà été constatée pour le mois de juin 2016 avec environ 3 545 cas dans les institutions sanitaires, 2948 cas d’hospitalisations, 19 décès hospitaliers et 5 décès communautaires.

 

Il faut conjuguer les efforts afin d’enrayer cette maladie, préconise-t-il. Il appelle la population à appliquer les principes d’hygiène qui sont indispensables pour combattre la maladie qui risque d’être en augmentation pendant la saison cyclonique (juin-novembre).

Six ans après le début de l’épidémie, les victimes du choléra et leurs familles sont toujours dans l’attente de justice et réparation, en dépit de diverses mobilisations réalisées par différents secteurs, à l’échelle nationale et internationale.

Dans un rapport publié en octobre 2015, l’organisation Amnesty International critique l’irresponsabilité de l’Organisation des Nations unies (Onu), en ce qui concerne l’introduction du choléra en Haïti (à partir d’une base de casques bleus du Népal, en octobre 2010, à Mirebalais, Plateau central).

« L’Onu manque à ses devoirs envers les victimes du choléra en Haïti, cinq ans après le début de l’épidémie », dénonce Amnesty International, en pointant du doigt le personnel de l’Onu dans le déclenchement du choléra en Haïti.

Au total, la maladie a déjà fait 9 361 mille morts, et 786, 530 personnes infectées depuis son introduction en Haïti en octobre 2010.

SHARE