Inculpation des policiers à Baltimore: une décision exemplaire

La procureure de Baltimore a annoncé, vendredi 1er mai, que les 6 policiers impliqués dans l’arrestation qui a conduit à la mort de Freddie Gray seraient poursuivis pour homicide. Une décision célébrée comme un premier pas vers la justice car l’inculpation de policiers est extrêmement rare, surtout lorsque la victime est un jeune Noir. Les syndicats de police demandent la nomination d’un procureur indépendant.

avec notre envoyée spéciale à Baltimore,Anne-Marie Capomaccio

Les habitants des quartiers Ouest de Baltimore, les quartiers des émeutes, ont improvisé une fête à l’annonce de l’inculpation des six policiers mais avant la joie, leur première réaction a été la surprise car l’inculpation de policiers est un fait extrêmement rare alors qu’on ne compte plus les jeunes noirs tués lors d’arrestations violentes. Tous savent que ce n’est que le début d’un processus judicaire.

La conférence de presse déjà avait été une surprise pour tout le monde. Rien n’avait filtré au préalable et rien n’obligeait Marilyn Mosby à s’exprimer. Lorsque qu’elle a prononcé les mots « inculpation pour homicide », on a entendu des cris étouffés dans la foule.

La procureure a pris soin de détailler les charges qui pèsent contre les policiers lors de sa conférence de presse. Elle a pris le temps de donner des détails sur la manière dont Freddie Gray a été traité par les officiers, sur la manière dont ils ont ignoré ses souffrances, sans appeler de médecin. Ils l’ont délibérément menotté, dit-elle, sans attacher sa ceinture, et c’est ce qui aggravé ses blessures, qui ont conduit au décès, en toute connaissance de cause.

Dès le départ l’arrestation était illégitime, car contrairement à ce qu’ont dit les policiers, le jeune homme ne portait pas d’arme interdite, tout au plus un canif.

La police demande la nomination d’un « procureur indépendant »

Il appartient désormais à Marilyn Mosby d’étayer son dossier jusqu’au procès car elle l’a précisé à plusieurs reprises : les six policiers sont présumés innocents. Les défenseurs des droits civiques, tous ceux qui manifestent depuis des mois contre les violences des forces de l’ordre à travers les Etats-Unis applaudissent sa décision.

«Je pense que la décision d’inculper ces officiers a vraiment été un moment capital, souligne au micro de RFI Debbie Jeon, directrice juridique de l’ACLU du Maryland, l’une des plus importantes associations de droits civiques aux Etats-Unis, elle a vraiment répondu à la frustration que beaucoup ont ressentie depuis longtemps… Les gens comme vous et moi sont inculpés et condamnés pour des broutilles en permanence, et les policiers sont au-dessus de la loi. Ils sont là pour faire appliquer la loi mais ne respectent pas les règles imposées aux citoyens. C’est extraordinaire d’avoir enfin quelqu’un qui se dresse et donne les faits tels qu’ils sont, quelqu’un qui dit que ces officiers seront poursuivis pour ne pas avoir respecté la loi… Elle a vraiment parlé au nom du peuple. Des tas de gens se sentent mieux aujourd’hui, ils pensent désormais avoir des chances que justice soit rendue. »

Les syndicats de policiers eux sont vent debout et demandent l’éviction de Marilyn Mosby et son remplacement par « un procureur indépendant ». Ils clament l’innocence de leurs collègues qui ont été remis en liberté après avoir versé les cautions requises.

Marilyn Mosby est une jeune procureur de 35 ans, élue il y a quatre mois. Elle vient de prendre une lourde responsabilité. L’inculpation de ces officiers est manifestement un évènement qui dépasse Baltimore. C’est tout le pays qui est concerné.

Source: RFI
Picture: REUTERS/Darren Ornitz

SHARE