Le chef du Parquet annonce des poursuites contre les manifestants violents

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Clamé Ocnam Daméus, ne décolère pas contre les individus violents ayant pris part aux manifestations  de l’opposition ces dernières semaines.

Le représentant du gouvernement au sein du pouvoir judiciaire qualifie de criminels les actes de violence des manifestants révélant une tentative  d’incendie d’une station à essence lors de la manifestation  du 17 octobre 2017.

Annonçant des poursuites contre les auteurs des violences le chef du Parquet a précisé que les organisateurs des manifestations seront tenus pour responsables. Les participants et les organisateurs prennent plaisir a perpétrer des actes de violences, dit-il faisant valoir que des leaders de l’opposition seront convoqués pour répondre des actes de violence.

Il dénonce le comportement de leaders de l’opposition qui selon lui agissent comme des « bandits politiques et des criminels ». Le chef du Parquet confirme que la procédure légale a été mise en branle afin de répondre avec la dernière rigueur aux manifestants violents.

De plus le commissaire du gouvernement rejette les accusations de l’opposition qualifiant les manifestants incarcérés de prisonniers politiques. Il ne s’agit pas de prisonniers politiques mais d’individus surpris en flagrant délit de violence, explique le magistrat invitant les citoyens victimes a, porter plainte.

Le chef du Parquet de la capitale adopte une posture offensive en même temps que les organisateurs des manifestations.

SHARE