Le Ministre de l’Intérieur dénonce un reseau de faussaires

Le ministère de l’Économie et des Finances, dans une correspondance adressée en date du 12 octobre 2017, a appelé l’attention du ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales,  Max Rudolph St Albin, « sur les cas de fraudes » constatés dans les opérations effectuées sur le compte No 111205088 ouvert à la banque centrale au nom du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales. « Un chèque portant le No 65057 émis par le MICT un montant de 50,000 gourdes à l’ordre du Casec de la 9e Section de Citronier (commune de Léogâne) a été encaissé deux fois à la banque  pour deux montants différents : 50 000 gourdes et 3 132 000 gourdes. Les deux transactions  sont effectuées le 28 septembre 2017 » ;

2) Un deuxième portant le No 65 059 émis par le MICT un montant de 50 000 gourdes à l’ordre du Casec de la 1re section de Haut Maribahoux (commune de Ouanaminthe) a été également encaissé deux fois pour deux montants différents : 50 000 et 3, 150 000 gdes. Les deux transactions effectuées les 25 et 27 septembre 2017 ; 3) le troisième chèque  portant No 65 159 au montant de 1, 215 000 gdes a été encaissé le 29 septembre 2017 alors que ce numéro de chèque n’est même pas encore en utilisation et fait toujours partie des chèques vierges détenus par votre administration », lit-on dans cette lettre reçu au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales le 16 octobre 2017. La correspondance a été signée pour le ministre de l’Économie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon.

« De toute évidence nous sommes en face d’un gros réseau de faussaires. Une enquête administrative a été menée sur le dossier, saisi aussi par la justice », a confié au journal le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales Max Rudolph Saint-Albin, qui regrette que ce dossier soit ébruité sur les réseaux sociaux. Cela pourrait faire fuir ces faussaires qui ont reproduit la signature du ministre et celle du comptable public au MICT, a expliqué Max Rudolph Saint-Albin.

SHARE