Le premier bilan des actions du gouvernement

Le Premier Ministre haïtien, Jack Guy Lafontant, a fait état hier des premières actions de son gouvernement lors de la séance officielle de lancement de la seconde session de l’année législative. Il a assuré les parlementaires que son gouvernement a commencé par engager les politiques pour lesquelles il a été installé.

A l’exception de la Caravane du changement, programme phare du chef de l’état dans le secteur agricole, aucungrand chantier n’a encore été lancé par le gouvernement Lafontant. Il explique toutefois que le Gouvernement a jeté les bases de la transformation profonde du pays en tenant compte des éléments conjoncturels.

Sur le plan économique M. Lafontant a dressé le sombre tableau de la conjoncture. La situation financière et socioéconomique du pays a été compliquée par l’ouragan Matthew qui a sévèrement diminué la production agricole. L’inflation a atteint 14,3 % en mars 2017 et la dépréciation de la gourde est de 42,3 % sur deux ans. La conjoncture était marquée aussi par la réduction de la subvention du carburant, qui entraînait un manque à gagner de 11 milliards de gourdes, a t-il expliqué.

Le Premier Ministre Lafontant avait, au début de son mandat, augmenté les prix des produits pétroliers ce qui avait provoqué des protestations de plusieurs leaders d’organisations de la société civile et de l’opposition. « Afin d’améliorer la situation des couches vulnérables de la population après la hausse des prix de l’essence le Premier Ministre a fait état de programmes d’assistance sociales. Parallèlement à l’augmentation des prix du carburant, le Gouvernement envisage de renforcer le système de protection sociale. Ces mesures concernent l’accès aux soins, la promotion d’un système d’assurance santé universelle, obligatoire, le revenu minimum de solidarité », a t-il laissé entendre.

Le gouvernement a été confronté à la grève des enseignants. Le chef du gouvernement a fait état des dispositions dans le budget pour satisfaire les revendications des syndicats d’enseignants. « Nous avons assuré le paiement de plus de 190 millions de Gourdes de frais scolaires dus aux écoles nationales, et de plus de 77 millions pour le Programme de Scolarisation Universelle, Gratuite et Obligatoire (PSUGO). Le paiement de 428 enseignants du PSUGO et du PRONEC pour un montant de plus de 59 millions de Gdes est en cours », a expliqué le chef du gouvernement. Il a également confirmé le versement des arriérés de salaires à 2,800 professeurs nommés depuis 3 ans. premier bilan des actions du gouvernement

SHARE