Quatre blessés et plusieurs arrestations à Port-au-Prince

Quatre personnes ont été blessées par des tirs nourris de la part des individus non identifiés, aux environs du Carrefour de l’aéroport et de la Rue Saint-Martin ce jeudi 5 octobre 2017, lors de la première journée de manifestation prévue par la Coalition des organisations politiques et démocratiques, en vue de forcer le chef de l’État à remettre les clés du Palais National.

Quelques centaines de manifestantes et manifestants ont défilé, ce jeudi 5 octobre 2017, dans les rues de Port-au-Prince, pour protester contre la mise en application du budget 2017-2018, considérée comme un affront  à la population.

Munis de branches d’arbres et de pancartes, les manifestants ont parcouru plusieurs rues de la capitale, en lançant des propos hostiles au chef de l’État et au Parlement. « Ils ne pourront pas nous tuer tous. Nous allons rester mobilisés jusqu’à ce qu’ils partent », ont-ils scandé, en faisant allusion au président Jovenel Moïse et aux sénateurs alliés du pouvoir.

Cette manifestation qui avait plusieurs points de rassemblement, notamment Carrefour Péan, devant les ruines de l’Église Saint-Jean Bosco, Delmas 2 et Delmas 4, n’ont pas su réunir la grande foule lors de cette première journée, sur les six prévues par la Coalition des Organisations dans le cadre de l’opération « myèl ».

Cette journée a été marquée par des tirs nourris, particulièrement au niveau de la zone du Carrefour de l’aéroport. Alors que dans la zone de Lalue, quelques agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ont procédé à l’arrestation de plusieurs manifestants. Même des chauffeurs de taxi moto n’ont pas été épargnés de la brutalité, ont fait savoir, quelques manifestants.

La manifestation s’est interrompue brutalement au niveau de la Rue Piquant, lorsque les agents de la PNH ont mis un cordon de sécurité pour éviter que les manifestants n’atteignent l’aire du champ Mars, encore moins les abords du Palais national.

Abel Lorestan, l’un des organisateurs, soutient que les agents de la PNH ont procédé à des arrestations sur tout le parcours de la manifestation. « Une situation inacceptable », a-t-il fait savoir, soulignant que les organisations populaires entendent aller jusqu’au bout pour obtenir le départ du président Jovenel Moïse et la démission du Parlement.

« 4 personnes ont été blessées par balle par des individus non identifiés », a dénoncé Dominique Saint-Éloi qui donne rendez-vous, ce vendredi 6 octobre 2017, pour une manifestation « fyèl e myèl ».

Cette marche, selon M. Saint-Eloi, démarrera devant l’église Sacré- Coeur pour s’acheminer devant le Parlement.

À rappeler que cette mobilisation qui a débuté ce jeudi 5 octobre prendra fin le mardi 17 octobre 2017. Les manifestationd  se tiendront à Port-au-Prince, à Petit-Goâve (Ouest), aux Cayes (Sud), à Jacmel (Sud- Est), à Saint-Marc (Artibonite), à Ouanaminthe (Nord-Est) et au Cap-Haïtien (Nord).

Jean Élie Paul

SHARE