A la Une: des émeutes à Baltimore

Par Achim Lippold

« Baltimore en feu », titre USA Today. « Baltimore frappé par des émeutes », peut-on lire en Une du Washington Post. Le bilan de cette nuit de violence selon le journal : 15 policiers blessés, 27 arrestations, des voitures brûlées et des magasins pillés. Pour ramener le calme à Baltimore, les autorités locales ont dû employer d’importants moyens : la garde nationale a été déployée, l’état de siège décrété et un couvre-feu annoncé pour cette nuit.

Tout a commencé après les obsèques du jeune Afro-Américain Freddie Gray, mort d’une fracture des vertèbres cervicales après avoir été interpellé par la police. « Les grandes chaînes de télévision, raconte le Washington Post, avaient à peine terminé de couvrir les funérailles de Freddie Gray que les premières images des émeutes étaient diffusées ». Selon le journal, les émeutes n’ont pas été provoquées par un mouvement organisé voulant venger la mort du jeune homme.

« Baltimore, une ville qui sombre dans le chaos », titre pour sa part le Baltimore Sun. Le journal cite la maire de ville, Stephanie Rawlings-Blake, qui estime que ce jour est « un des plus sombres que la ville ait connus ». Et de se poser la question suivante : « tout ça, ça sert à quoi ? » 

Les émeutes font aussi la Une au Brésil. La presse relève que les violences coïncident avec l’entrée en fonction de la nouvelle ministre de la Justice. Loretta Lynch venait juste de prêter serment lorsque les émeutes à Baltimore ont éclaté. Ce sera donc sa première crise à gérer, estime O Estadao. Selon le journal, la question raciale est un des grands défis qui attendent Loretta Lynch. Mais l’ancien procureur fédéral a une longue expérience en la matière, car elle a toujours fait de la lutte pour les droits civiques une de ses priorités, écrit O Estadao.

Etats-Unis : la Cour suprême se penche sur la légalisation du mariage gay 

Politico a mené une enquête pour savoir ce que les républicains pensent de l’union entre personnes du même sexe. La réponse, selon le site d’information, est étonnante : parmi les militants gays les plus décidés se trouvent beaucoup d’enfants de républicains. Et ils racontent que leurs pères, élus ou gouverneurs, partagent souvent leur point de vue mais ne peuvent pas le dire publiquement. « C’est difficile d’aborder cette question en ce début de primaires républicaines », raconte Abby Huntsman.

Son père, ancien gouverneur de l’Utah, a décidé de soutenir le mariage gay en 2013, après avoir quitté ses responsabilités politiques. Politico rappelle que pour l’instant aucun prétendant conservateur à la présidence ne s’est déclaré en faveur du mariage gay. Mais cela ne veut pas dire que le sujet est complètement tabou au sein du parti. Certains jeunes républicains, plus progressistes que leurs aînés, sont en train d’adopter des positions plutôt favorables à l’union entre personnes du même sexe, explique Politico.
 
Les dernières heures d’un Brésilien condamné à mort en Indonésie

Selon Folha de Sao Paulo, le gouvernement brésilien tentera un ultime recours pour sauver la vie de Rodrigo Gularte, 42 ans, condamné pour trafic de drogue. Mais il n’y a que peu d’espoir que cette requête aboutisse, reconnaît le journal. L’exécution du Brésilien, comme celle des huit autres, est prévue dans « les premières minutes du mercredi 29 avril ».

Gularte sera le deuxième Brésilien à être fusillé, rappelle le journal qui explique à ses lecteurs – à l’aide d’un graphique – le déroulement de l’exécution. Ce sera un représentant de l’ambassade brésilienne à Jakarta qui devra ensuite identifier le corps. Folha de Sao Paulo conclut son article sur la mobilisation internationale en faveur des condamnés. D’après le journal, les cas de ce Brésilien et d’un Nigérian n’ont trouvé que très peu d’écho dans la presse internationale. L’attention s’est surtout focalisée sur les deux condamnés australiens.

Source: RFI

SHARE