Etats-Unis: fusillade près d’une exposition de caricatures de Mahomet

La police a abattu deux hommes qui avaient ouvert le feu près d’une exposition lors de laquelle étaient présentées des caricatures de Mahomet, au Texas. La fusillade a eu lieu à 19 h, heure locale (lundi 4 mai à 1h, TU). L’exposition était financée par un groupe d’extrême droite américain où le leader populiste néerlandais Geert Wilders était invité d’honneur.

Cet article est réactualisé régulièrement, avec notre correspondante à Washington,Anne-Marie Capomaccio

Les deux hommes ont fait irruption au volant d’une voiture, un peu avant 19 h, heure locale, au centre Curtis Culwell de Garland, une ville proche de Dallas, au Texas. Ils ont ouvert le feu sur un agent de sécurité, qui a été légèrement blessé. La police locale a répliqué à ces tirs et les deux hommes armés ont été « tous les deux tués », a annoncé la police de Garland dans un communiqué. A 4 h TU, ce lundi matin, l’identité des deux hommes n’était pas connue : les démineurs examinent en effet le véhicule par précaution et les corps des assaillants n’ont pour l’instant pas été déplacés.

La fusillade a éclaté devant une exposition qui accueillait 200 dessins du prophète Mahomet. Le quartier est toujours bouclé, mais on ne sait pas avec certitude si les agresseurs projetaient d’attaquer l’exposition, organisée par l’activiste Pamela Gellar, une personnalité de l’extrême droite américaine. La police locale estime qu’il est trop tôt pour se prononcer.

Une exposition organisée par l’extrême droite américaine

On a encore peu de détails sur les motivations et l’objectif des assaillants. L’organisatrice de cette manifestation est une personnalité d’extrême droite très engagée, et très controversée. Pamela Gellar, présidente du groupe d’extrême droite « American Freedom Defense Initiative » (Initiative pour la défense de la liberté), dénonce depuis longtemps « l’islamisme rampant qui s’est emparé des Etats-Unis ».

L’invité d’honneur de l’évènement était le leader populiste néerlandais, Geert Wilders et l’exposition se présentait comme un concours de caricatures du prophète Mahomet, dont le vainqueur devait toucher près de 9 000 euros.

Pamela Gellar avait d’ailleurs décidé d’organiser ce concours de caricatures de prophète, pour répondre à une précédente exposition, organisée dans la même salle en janvier dernier par des associations musulmanes, qui avait pour objectif de mieux faire comprendre l’Islam.

Pamela Gellar, qui se définit comme porte-drapeau de la liberté d’expression, a notamment été à l’origine des manifestations contre la construction d’un centre culturel musulman près du site du World Trade Center, à New York.

RFI
PHOTO: REUTERS/Mike Stone

SHARE