Etats-Unis: levée du couvre-feu à Baltimore

La maire de Baltimore a annoncé ce dimanche 3 mai la levée du couvre-feu, dans cette ville agitée par des manifestations depuis plus de deux semaines, depuis la mort de Freddie Gray, mortellement blessé lors de son arrestation. Le mouvement contre les violences policières semble avoir pris un tournant plus pacifique, et il fait office de laboratoire pour les étudiants en droit d’une université de Washington.

Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

Depuis le début du mouvement contre les violences policières, les étudiants en droit d’une université de Washington piaffaient dans les amphithéâtres. Ils souhaitaient aller sur le terrain pour venir en aide aux manifestants arrêtés, ce que la doyenne a accepté.

Cela s’est transformé en travaux pratiques. Les étudiants vont dans les écoles, les églises, au poste de police, pour apprendre aux jeunes quels sont leurs droits, des droits que la communauté noire des quartiers défavorisés considère comme bafoués.

Jennifer Laskin fait partie de cette brigade de conseillers juridiques. Son rôle a été d’aider les manifestants interpelés à sortir de garde à vue. « Ils savent qu’ils ont le droit de ne pas répondre aux questions, mais la manière dont vous le dites est importante. Donc ce que nous mettons en pratique avec nos “élèves” est, comment exprimer, “je souhaite rester silencieux”. Ou quand on est fouillé : ” je ne consens pas à cette fouille au corps, vous pouvez me fouiller, mais c’est sans mon consentement “. Nous faisons des ateliers ».

Cette initiative répond à l’une des revendications de ceux qui manifestent depuis des mois aux Etats-Unis contre un système judiciaire qui accentue les inégalités. Lorsqu’on sait qu’un jeune afro-américain sur trois ira en prison au cours de sa vie, l’initiative de la faculté de droit de Washington prend tout son sens.

RFI

SHARE