Ligue des champions: Arsène Wenger retrouve Monaco

Reuters
Mercredi 23 février, à la tête d’Arsenal, Arsène Wenger retrouve son ancien club Monaco pour un huitième de finale de Ligue des champions qui ne sera pas comme les autres. Arsène Wenger, qui travaille à Londres depuis 18 ans, a passé sept saisons en Principauté.

Il y a des histoires qui ne passent pas inaperçues. Mercredi, Arsène Wenger accueille Monaco pour un huitième de finale aller de la Ligue des champions. Monaco, Arsène Wenger y a passé sept saisons (1987-1994). Une drôle de situation pour l’Alsacien de 65 ans qui sera confronté à son lointain passé. Depuis 1996, Arsène Wenger est le manager d’Arsenal. Mais c’est sur le Rocher, au stade Louis-II, qu’il est devenu l’entraîneur que l’on connaît après son passage à Nancy. Dès son arrivée, il s’offre un titre de champion de France de première division. En 1992, il hisse les rouge et blanc pour la premièr fois en finale d’une coupe européenne, avec une défaite en Coupe des coupes face au Werder Brême.

Si depuis Arsène Wenger est devenu une institution à Arsenal, on ne peut pas oublier qu’il a structuré Monaco alors qu’il était inconnu du grand public. Diététique, soins et récupération font partie de son menu. Malgré une Coupe de France remportée 1991, Arsène Wenger est remercié par Monaco en 1994, en début de saison.

Arsenal, une marque sous l’ère Wenger

« Lors du tirage au sort, je me suis dit “bizarre” », a commenté l’Alsacien sur beIN Sports. « Mais je me dis que ma vie s’est faite là, entre ces deux clubs. » Connu pour son flegme, Wenger ajoute : « La nostalgie du jeune homme que j’étais va se heurter à l’homme que je suis, mais c’est un match à enjeu énorme, le côté professionnel va l’emporter rapidement sur tout le reste. » Professionnel, c’est ce qui caractérise avant tout celui qui a côtoyé les meilleurs joueurs comme Emmanuel Petit, George Weah, Lilian Thuram à Monaco, Patrick Vieira, Thierry Henry, Robin van Persie, Cesc Fabregas, Samir Nasri, Olivier Giroud ou Mesut Özil à Arsenal.

Après une parenthèse japonaise à Nagoya, le technicien avait débarqué à Arsenal dans l’anonymat le plus complet. « Arsène qui ? » (« Arsène who ? »), avait d’ailleurs titré à l’époque l’Evening Standard. Pourtant, Arsène Wenger restera dans les annales du foot anglais avec entre autres un troisième titre de champion pour les Gunners en 2004 et une invincibilité préservée toute la saison et étendue ensuite à 49 matches d’affilée. En 2006, Wenger passe de peu à côté de la consécration suprême avec une finale de Ligue des champions (la première pour Arsenal) perdue face à barcelone. Arsène Wenger a fait du club londonien une marque mondiale avec un chiffre d’affaires de 359 millions d’euros.

Sa statue dans l’enceinte de l’Emirates Stadium

Avec Alex Ferguson à Manchester United, Arsène Wenger est l’entraîneur qui a la plus longue longévité en Premier League. Il est aussi l’entraîneur français le mieux rémunéré actuellement selon France Football avec près de 10 millions d’euros de revenu annuel. Dans le championnat anglais, jusqu’à son arrivée, seuls deux entraîneurs étrangers avaient tenté leur chance dans la Premier League. Echec total. Et ils ne sont pas nombreux, les Français, à avoir leur statue dans la capitale britannique. Il y a celle du général de Gaulle, et le buste d’Arsène Wenger, dans l’enceinte de l’Emirates Stadium.

Alors face aux Monégasques, le poids de l’émotion ne devrait pas durer trop longtemps. S’il sera difficile de concurrencer le Bayern Munich ou encore le Real Madrid, Wenger espère bien obtenir son ticket pour les quarts de finale après ces retrouvailles.

SHARE